Miss Dumplin de Julie Murphy

Publié le par B.

Miss Dumplin de Julie Murphy

Editions : Michel Lafon

Pages : 376

Format : Broché

Date de parution :

Résumé : Willowdean est ronde, et alors ? Pas besoin d'être super slim pour s'assumer. Jusqu'au jour où elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom, et ne tarde pas à lui voler un baiser. Mais peut-il vraiment l'aimer ? On lui a tellement dit que les filles comme elle ne sont que des seconds rôles.

Un seul moyen de retrouver confiance en elle : faire la chose la plus inimaginable qui soit... s'inscrire au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme. Entraînant dans son sillage tout un groupe de candidates hors normes, Will va prouver au monde, et surtout à elle-même, qu'elle aussi a sa place sous les projecteurs.

Mon avis : Merci beaucoup à Michel Lafon et Livraddict de m'avoir permis de découvrir ce livre qui a tant fait parler de lui. Je note une fois de plus que les livres qui font pleurer, trembler ou rire la blogosphère ne sont pas forcément ceux qui vont me plaire. Pourtant avec Miss Dumplin tout était réuni : un thème profond que je connais depuis plusieurs années, un angle de vue somme toute original et un petit côté décalé. Et pourtant, "ça ne l'a pas fait".

Willodean approche de la fin de l'adolescence. Elle est ronde et ça lui est égal. Elle a grandi dans une famille brinquebalante, entre femmes : sa mère, sa tante et elle-même. Si on rajoute sa meilleure amie à l'équation ça fait aucun homme, pas une once de testostérone. Un malheur a pourtant fait bouger l'équilibre précaire de cette famille matriarcale. La tante bien aimée de Willow, la soeur de sa mère est décédée, à cause de son surpoids et des maladies qu'il entraîne.Willow éprouve encore un chagrin qu'elle cache comme elle le peut. Elle était beaucoup plus proche de sa tante que de sa mère.

En effet, si Willow a appris à s'aimer telle qu'elle est c'est grâce à sa tante qui faisait tout rayonner et ne voulait la priver de rien. La mère de Willow est son exact opposé puisqu'elle a aussi souffert de surpoids mais a réussi à maigrir et à gagner le concours local de beauté. Autant dire que la vision de la vie de la mère et de la fille sont diamétralement opposées. Mais les certitudes de Willow commencent à s'effriter lorsqu'un de ses collègues manifeste un intérêt sérieux pour elle et qu'elle décide qu'elle participera au concours que sa mère organise depuis toutes ces années.

Et là vous allez me dire "mais dis donc, il a l'air vraiment bien ton livre" ! Et il est bien dans le sens où il montre que le surpoids n'empêche pas l'estime de soi, que bien souvent les autres nous renvoient des images déformées et également parce que les autres peuvent aussi nous renvoyer des images de soi encore plus belles. Il dénonce les dérives des canons prédéfinis de la beauté, la cruauté des adolescents et également des adultes. Il narre pendant quelques pages la peur du corps de l'autre qui n'est le reflet que de sa propre peur, les décisions malheureuses qui en découlent, Mais pour moi, tout ceci est bien lisse.

Le surpoids ou l'obésité, (degrés différents mais peu importe dans ce cas précis), est un fléau qui commence de plus en plus tôt et qui tue. Bien sûr que la première gêne c'est le regard de l'autre, bien que l'on soit souvent son pire ennemi. L'auteure a voulu, à bon escient, je pense, montrer que l'adolescence est déjà compliquée alors si on rajoute des accrocs à cette période de changements elle peut devenir un enfer. Pourtant, à aucun moment, je n'ai entendu parler des douleurs articulaires, lombaires, des souffrances psychiques de la torture pour repousser une irrépressible envie de manger, la frustration de ne pouvoir porter LE vêtement que l'on veut, la haine de soi...etc

Non Willow ne ressent ou ne parle pas de tout ça et c'est un parti pris que je respecte puisque le propos était plus de dire que l'adolescence et l'amour sont de toute façon compliqués; Mais à mes yeux, il ne reflète pas le quotidien d'une adolescente de 17 ans qui a au moins 20 kg à perdre. Bien sûr qu'il faut prôner l'acceptation de la différence mais faudrait-il d'abord l'expliquer. Willow a dépassé un stade qui est primordial : vivre avec et assumer. Pourtant, elle cache son corps dénudé, elle pleure en entendant sa mère regretter qu'elle ne soit pas mince, elle rejette une relation amoureuse... Il y'a donc encore bien des étapes. Et je crois que c'est mon vrai reproche, finalement le problème de surpoids n'est que survolé. Les seuls passages vraiment touchants sont pour moi ceux entre Willow et sa tante ou bien l'entrain qu'a Willow lorsque d'autres jeunes filles la suivent dans ce concours dit "pas pour elles".

C'est un avis encore plus personnel que d'habitude, n'hésitez pas à commenter car j'ai pris beaucoup de temps avant de rédiger cette chronique qui sera encore plus subjective que je peux l'être par essence.

PS : L'auteure ne dit jamais le poids exact de Willow car elle ne veut pas elle-même définir le surpoids. C'est louable toutefois si je ne mets pas d'échelle dans la souffrance, les efforts pour perdre entre 10 et 100 kg, je vais mettre une vraie échelle sur les différences en terme de conséquences.

Publié dans Young Adult, Contemporain

Commenter cet article

Caroline 30/06/2016 18:21

Vu que j'ai également 20 kilos à perdre ça pourrait me tenter mais j'ai pas trop envie de lire ce genre de livres en ce moment :) Bonne chronique !

B. 30/06/2016 22:44

Je peux comprendre ;) Il n'est pas "dur" c'est d'ailleurs bien dommage. Merci Caro :)

Vampilou 29/06/2016 17:23

Ton avis est absolument magnifique, tu m'as beaucoup touché, j'en ai des frissons, alors merci <3

B. 30/06/2016 22:45

Oh merci beaucoup Julia, tu me touches également <3

Madame_love 29/06/2016 16:43

Ton avis est très intéressant !
J'ai lu récemment Lola, petite, grosse et exhibitionniste et j'avais trouvé dommage comme tu le dis que le personnage agisse comme si de rien n'était alors que le cœur du truc c'est "je suis grosse".

B. 30/06/2016 22:46

Merci c'est gentil !
J'avoue que "Lola..." ne me tentait pas du tout, ça doit me tenir trop à coeur ;)

La tête dans les livres 29/06/2016 16:00

Personnellement j'ai beaucoup aimé ce livre et c'est finalement très vrai ce que tu dis, sur le fait que les problèmes de poids ne sont que survolés mais comme je ne m'attendais pas à ce que l'on se focalise sur ça je n'ai pas été déçue de ce point de vue là! Je l'ai plus pris comme l'histoire d'une adolescente avec comme caractéristique physique qu'elle est en surpoids mais un peu comme ses autres copines de concours qui ont toutes un truc.

B. 30/06/2016 22:49

Et je crois que c'est la bonne approche que tu as eue. En lisant le titre VO "Dumplin" boule, boulette...) je m'attendais à ce que le coeur du sujet soit celui-ci et finalement non alors je me suis déçue toute seule.