The scorpion rules de Erin Bow

Publié le par B.

The scorpion rules de Erin Bow

Editions : Lumen

Pages : 408

Format : Broché

Date de parution : 7 avril 2016

Résumé : La première règle, pour éviter la guerre ? En faire une affaire personnelle… Très personnelle.

Duchesse de Halifax, princesse de la Confédération panpolaire, mais surtout… otage. Je m’appelle Greta Stuart, et ma vie ne tient qu’à un fil. Il y a quatre cents ans, une série de terribles conflits liés au changement climatique a ravagé la planète : guerres, famines, inondations, exodes… Débordées, les autorités ont fait appel à une intelligence artificielle omnisciente pour tenter de mettre un terme au massacre. Mais Talis – c’est son nom – a vite pris son indépendance et le contrôle du monde. Désormais, il garde en otages les fils et filles des grands dirigeants de la planète. À la première déclaration de guerre, les héritiers des deux camps concernés sont froidement exécutés.

Il me reste seize mois à tenir, seize mois avant d’avoir dix-huit ans et de pouvoir quitter le Préceptorat où je suis prisonnière depuis l’âge de cinq ans. Mais l’arrivée d’un nouveau pensionnaire, venu du pays voisin du mien, va tout changer. Elián, qui ne cesse de défier Talis, de mépriser les règles qui régissent notre existence, met nos vies à tous en danger. Malgré tout, son esprit de révolte est contagieux. La résistance serait-elle possible ? Car nous le savons tous : le pays natal d’Elián va forcément finir par déclarer la guerre au mien…

Mon avis : Merci beaucoup à Babelio et aux Editions Lumen de m'avoir permis de lire ce livre beaucoup plus rapidement que je ne l'aurais pensé. Une dystopie, le désert, il ne me faut pas beaucoup plus d'ingrédients pour être tentée par un livre. Même si la fin a été un peu compliquée à appréhender dans sa technicité, l'histoire en elle-même est une bonne remise au goût du jour de réflexion plus anciennes dans la SF.

Confiez le monde pour qu'il devienne pacifique à une IA (Intelligence artificielle) et vous risquez de retrouver le monde tel qu'il est à l'époque où vit Greta. Est-ce mieux, est-ce pire ? Je ne le sais toujours pas. Talis, l'IA, a pris la tête de notre monde après l'avoir détruit petit à petit, ne trouvant que cette solution pour ramener un semblant de paix. Depuis quatre cents ans, il a instauré divers règles qui ont permis des améliorations mais pas pour tout le monde. Il a notamment passé un accord avec les dirigeants du monde. Chacun d'entre eux, pour prendre la tête de son Etat devra mettre au monde un enfant qu'il confiera au Préceptorat dès que le futur successeur aura 5 ans.

C'est ce qui est arrivé à Greta, comme sa mère avant elle. Voici onze longues années qu'elle est une otage de Talis, en plein milieu du désert. Elle partage sa vie avec d'autres descendants du monde entier mais Greta est américaine et la guerre couve à nouveau, surtout à cause de problèmes d'eau potable. Elle sait que si sa mère lance une attaque elle mourra, elle s'y prépare comme on peut se préparer à une telle chose. Alors elle essaie d'oublier en apprenant sans relâche l'histoire du monde, en travaillant la terre... Mais Elian, un nouveau venu et concitoyen américain va amener le trouble dans le quotidien et dans les esprits.

Ce que j'ai trouvé de plus intéressant c'est cette question que je pose un peu plus haut. Faire table rase de certaines régions pour rétablir la paix en instaurant une dictature par IA est elle une solution ? D'emblée ma réponse est non mais comme je ne crois pas à des solutions toutes faites, je peux comprendre que l'ONU ait voulu tenter ce choix. Bien sûr, Talis a lui-même pris le pouvoir et n'hésite pas à tuer ou torturer. Dans ce premier tome en tout cas, pour moi, c'est raté.

Les faits sont relatés surtout à travers la vie quotidienne de Greta, Da-Xia et Elian. Ils forment en fait un groupe plus nombreux mais les autres ont eu peu de place pour l'instant. On voit tout de suite dans quel conditionnement Greta et Da-Xia ont grandi : l'obéissance, la peur, la dignité des futurs chefs d'Etat. Ils ont accès à la connaissance mais ils sont quand même prisonniers et dépendent de la raison ou de la folie de leurs parents. Leurs parents qui ont pourtant des luttes justes mais qui ont trop appris à sacrifier sans chercher le compromis. Elian vient troubler des certitudes déjà fragiles puisque lui ne veut pas gouverner et veut être libre de ses choix.

Je regrette un peu que Greta n'ait pas plus de charisme alors qu'elle est au centre de tout ce qui va se passer et également, comme je le disais, de n'avoir pas tout compris dans ce qui lui arrive à la toute fin. Je reste quand même sur un moment de lecture très agréable qui tombe à point nommé dans ce que nous vivons dans nos propres pays.

Publié dans Dystopie, Young Adult

Commenter cet article

Vampilou 12/05/2016 17:08

Ah, ce roman a l'air vraiment sympa quand même, je le note !

B. 13/05/2016 07:57

Oui franchement, j'ai été ravie de le lire mais comme beaucoup de Lumen d'ailleurs !