Shutter Island de Dennis Lehane

Publié le par B.

Shutter Island de Dennis Lehane

Editions : Rivages Noir

Pages : 393

Format : Poche

Date de sortie : 2003

Résumé : Quelques années après la seconde guerre mondiale, le marshall Teddy Daniels et son tout nouveau co-équipier, Chuck Aule, prennent le ferry de Boston pour se rendre sur l'île de Shutter Island. Dans cet ilot, plusieurs constructions abritent un hôpital psychiatrique dédié aux patients présentant les troubles les plus graves, notamment des meurtres. Les deux hommes sont accueillis par le directeur adjoint, McPherson et le docteur Cawley. Une patiente s'est échappée de sa chambre/cellule la nuit précédente et bien que l'histoire se déroule sur une île, elle reste introuvable. Plus troublant encore, elle a disparu alors que la chambre était fermée à clé de l'extérieur, que la fenêtre munie de barreaux n'a pas été forcée, que les infirmières, gardes et aide-soignants ne l'ont pas vue... Tout cela paraît très étrange. Lorsque le marshall Daniels trouve une énigme dans la chambre de la disparue, l'aventure prend un tournant inquiétant...

Mon avis : J'ai écrit cette chronique dans le cadre de la LC organisée en septembre par Livraddict. J'ai également vu le film tiré de l'oeuvre mais je vous en parle plus bas. A l'époque de ma lecture, avant 2010, j'étais sortie de ma zone de confort polars et depuis j'ai fait bien d'autres découvertes. Bon parlons du bouquin mais soyez cléments si je fais une erreur dans certains noms...ma mémoire s'effrite !

Une fois arrivés sur l'île, les deux enquêteurs discutent avec le docteur Cawley qui semble être le médecin chef du centre. Il leur expose les faits sur la disparition de Rachel Solando puis les suit dans la chambre de celle-ci. Lors de leur visite, Daniels découvre une drôle d'inscription sur une feuille de papier. Une énigme... Un code qu'il arrive tout de même à déchiffrer. C'est là que l'aventure prend tout son sens et son ascendant psychologique. Les deux hommes vont être plongés dans une enquête déroutante, muselés par un corps médical réfractaire à leurs pérégrinations et bientôt prisonniers sur l'île qui devient la proie d'une terrible tempête.

Pendant leur entretien préalable avec Cawley, le médecin explique comment la fugitive a tué ses enfants. C'est la première chose qui m'a fait comprendre qu'on entrait dans un livre pas comme les autres. La façon dont l'auteur décrit l'horrible scène est tellement précise qu'on n'a pas de mal à imaginer les corps des enfants morts, assis à une table. Terrible représentation. Mais l'auteur ne nous ménagera pas et décrira les méandres de la folie tout au long du roman. C'est d'ailleurs sûrement une des grandes forces du récit, cette plongée vertigineuse dans le cerveau malade.

Bien vite, j'ai noté un autre point. L'île... Elle m'a fait penser à deux choses. La première est que j'ai trouvé une certaine similitude dans ce roman avec la série télévisée, Lost. Mêmes descriptions pointues d'un endroit où il se passe des événements sortant de l'ordinaire, même impression qu'on ne peut pas sortir de cette île sans être irrémédiablement marqué. Et la seconde chose, c'est une référence littéraire. Il y a peu de temps, j'ai relu « Dix petits nègres » d'Agatha Christie et j'ai été frappée de reconnaître l'utilisation de l'île comme d'un piège inéluctable. En cela, on sent que la trame de fond est une idée de génie.

J'ai déjà parlé de l'aspect psychologique du livre et je vais en rajouter. Je pense qu'on ne peut qu'aimer le héros, Teddy Daniels. Ancien militaire de guerre, nouvellement dans la police fédérale, cet homme a vu des horreurs dans sa vie. Des horreurs dues à la cruauté des hommes mais peut-être aussi à la cruauté de Dieu. Outre les combats pour libérer la France et soutenir ses alliés, il a perdu sa femme dans un incendie et rêve d'elle très souvent, a l'impression qu'elle le guide puisqu'elle s'adresse à lui dans son inconscient. On comprend donc très vite que c'est un homme torturé, qui souffre encore de l'absence de celle qu'il a aimée.

Lorsque Daniels explique à Aule, son équipier, qu'il n'est pas sur cette île uniquement pour retrouver Rachel, mais qu'il a un plan machiavélique pour retrouver l'assassin de sa femme, celui qui a mis le feu à leur appartement, j'ai frissonné. Dès lors, l'enquête prend un tout autre sens et on commence à se poser des questions sérieuses sur les mystères que peut encore nous réserver l'auteur.

Il faudra attendre les toutes dernières pages pour réellement avoir une explication. Et cette fin est à la mesure du reste du livre. Eh oui ! Elle est bien faite, tout à fait plausible, angoissante', folle mais, comme l'auteur ne décide pas de la fin, on a la possibilité de choisir. Souvent, pouvoir être le maître du happy end, pas forcément happy, d'ailleurs, peut présenter des avantages. Et.c'est maintenant que je vous parle de l'adaptation de Scorsese qui a réussi un coup de maître. Je crois que j'ai même préféré le film ce qui est une rareté impensable chez moi mais entre Leonardo et lui aux commandes, on n'a pas juste une angoisse, on a peur.

Pour conclure, je dirais qu'il faut que vous lisiez ce roman pour vous faire votre propre idée. C'est un thriller psychologique réussi et que vous visionniez le film !

Publié dans Thriller, Psychologique

Commenter cet article

pol 05/01/2016 00:09

un auteur que j’apprécie particulièrement et pour le coup le film est une grande réussite fidèle à l'esprit du livre . idem pour l'adaptation de mystic river et gone bay gone

B. 05/01/2016 01:07

Merci beaucoup pour ce partage, Pol :) J'avoue avec honte ne pas avoir vu Mystic river et Gone baby gone....