[LC] Juste une ombre de Karine Giebel

Publié le par B.

[LC] Juste une ombre de Karine Giebel

Editions : Pocket

Pages : 608

Format : Poche

Date de sortie : 7 mai 2013

Résumé : Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde.
Tu manipules ? Tu deviendras une proie.
Tu domines ? Tu deviend
ras une esclave.

Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as t’imposer dans ce monde, y trouver ta place.
Et puis un jour…
Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. A partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré.
On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t’observe jusque dans les moments les plus intimes.
Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule.
Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes
, il sera peut-être trop tard…

Tu commandes ? Apprends l’obéissance.
Tu méprises ? Apprends le respect.
Tu veux vivre ? Meurs
en silence…

Mon avis : J'ai décidé que je voulais sortir un autre Karine Giebel de ma PAL (vous pouvez trouver ma chronique de Satan était un ange ici) et quand j'ai vu qu'une lecture commune était proposée sur Livraddict, je n'ai pas hésité. Croyez-moi j'ai bien fait ! Cette auteure a un succès conséquent mais le pire c'est qu'elle semble changer de recette à chaque livre. Vous vous doutez bien qu'il me tarde donc d'en lire un autre...

Le résumé n'est-il pas alléchant ? Même si des doutes sont émis, certaines phrases les gomment allègrement. Ce message subliminal s'adresse à Cloé Beauchamps, directrice adjointe d'une agence de pub. Cloé est plutôt une femme enviée ou crainte. Elle n'a pas encore trente ans, est en lice pour remplacer le PDG, a un nouveau petit-ami qui semble apprécier leur relation autant qu'elle et, cerise sur le gâteau, elle vit dans un petit pavillon de banlieue. Alors que le bonheur lui sourit, brutalement, en sortant d'une soirée un peu arrosée, Cloé est suivie par un homme camouflé sous une capuche, il s'approche mais au dernier moment, disparaît. La jeune femme en est pour la peur de sa vie.

Il faut croire que cette attaque a laissé plus de traces qu'une simple frayeur. Celui qu'elle nomme "l'ombre" est partout : il coupe l'électricité, change une photo de sa soeur, écrit un message sur la glace de la salle de bain... La vie de Cloé devient un enfer brûlant car outre l'inquiétude, personne ne lui porte crédit. La police, le médecin et ses amis lui conseillent une thérapie, son mec les soutient et la quitte. Commence alors une traversée du désert : des retards au travail, de plus en plus d'alcool, des insomnies à répétition, des erreurs dans ses dossiers. Cloé s'enferme jusqu'à rencontrer par hasard le Commandant Gomez qui vient de perdre sa femme d'un cancer. La ressemblance physique entre les deux femmes le trouble et il finit par la croire.

Je pourrais vous en parler pendant une heure mais on va plutôt pointer tout ce qui est intéressant dans ce livre. Fait étrange, j'ai détesté Cloé du début à la fin. Malgré son passé difficile, son enfance brisée, je n'ai jamais compatis à ce qui lui arrivait tellement elle pouvait se montrer odieuse. Néanmoins, ça ne m'a pas empêchée de vouloir savoir ce qu'il allait advenir d'elle. Pour en finir avec les personnages, le Commandant Gommez a beau être un chouia prétentieux et grande gueule, il y'a vraiment des moments où on a envie de le prendre dans ses bras ! Pour en revenir à mon sentiment vis-à-vis de l'héroïne, je me demande si ça n'est pas un choix de l'auteure pour que l'on reste dans ce doute qu'elle insinue tout le temps.

Ce livre est un thriller psychologique, pas de doute mais il n'est pas exempt de scènes plus musclées qui raviront les amateurs des deux genres. Certains parlent d'angoisse ou de peur après avoir lu Juste une ombre. Je confirme une forme d'angoisse car le roman est dérangeant. Assister à une sorte de suicide lent d'un être humain forme une boule dans la gorge et renvoie forcément à ses propres peurs, des peurs intimes. Karine Giebel joue avec nous avec brio.

Nous finissons par comprendre ce qui se passe dans la vie de Cloé, dans sa tête et la fin n'est pas loin du magistral ! Je n'en dis pas plus...

Commenter cet article

LesMotsDeClo 22/06/2015 21:17

J'avais beaucoup adoré cette lecture. Un vrai thriller comme je les aimes avec un vrai suspens, une histoire bien ficelée et des bons personnages, même si j'ai moi aussi détesté Cloé. J'ai très envie de découvrir Le Purgatoire des innocents de l'auteure qui a vraiment l'air pas mal!

B. 23/06/2015 04:24

En fait, j'espère bien pouvoir tous les lire, il faut juste trouver le temps de les caser :p

mickaéline Cuny 12/06/2015 07:53

holala celui là aussi faut que je me décide à le sortir de ma PAL

B. 12/06/2015 14:05

Toi aussi ? Pourquoi on a des PAL aussi tentantes ??

Entournantlespages 11/06/2015 11:21

Je viens de l'acheter, et là tu m'as donné envie de me jeter dessus avec ton avis ! J'ai hâte de voir ce que Karine Giebel nous a concocté...

B. 11/06/2015 13:11

Tu dois te jeter dessus :p Bonne lecture en tout cas et merci !

Elsav 10/06/2015 15:12

Ce roman a été ma première lecture de Giebel et quelle découverte !!

B. 10/06/2015 20:48

Je crois que c'est bien de commencer par celui-là mais j'imagine qu'on se prend une claque, oui !

Sphinxou 10/06/2015 13:49

J'entends beaucoup de bien de cette auteure !:)

B. 10/06/2015 20:47

Et je confirme ce bien qui est dit ;)

Leeloo Lectures 10/06/2015 12:00

Oh je suis pas trop thrillers mais là tu me fais envie^^

B. 10/06/2015 20:46

Il est très particulier mais il faut tenter !

Vampilou 10/06/2015 11:57

J'adore cette auteure et ton avis est absolument génial !

B. 10/06/2015 20:46

Ah ben merci :p