Je vais mieux de David Foenkinos

Publié le par B.

Je vais mieux de David Foenkinos

Editions : Folio

Pages : 370

Format : Poche

Date de sortie : avril 2014

Résumé : «Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos.
Je pensais que cela passerait, mais non.
J'ai tout essayé...
J'ai été tour à tour inquiet, désespéré, tenté par le paranormal.
Ma vie a commencé à partir dans tous les sens.
J'ai eu des problèmes au travail, dans mon couple, avec mes parents, avec mes enfants.
Je ne savais plus que fa
ire pour aller mieux...
Et puis, j'ai fini par comprendre.»

Mon avis : Je l'ai déjà dit, après avoir lu Charlotte au moment de la rentrée littéraire 2014, il sera forcément difficile de lire un autre bouquin de Foenkinos. Pourtant ça doit être le cinquième que je lis de cet auteur et je les ai tous aimés. En fait il m'a plu, j'ai passé un bon moment même mais quand un écrivain a atteint un certain degré d'émotion, l'autre partie de son œuvre peut sembler plus pâle. Et c'est je crois juste cette raison qui m'amènera à un avis partagé.

En préparant cette chronique, j'ai cherché le prénom du narrateur et héros mais impossible de le retrouver même en relisant des passages. Je ne m'en étais pas aperçu tout au long de ma lecture, ça ne m'a pas perturbée. Quoi qu'il en soit, notre narrateur, quarantenaire, marié et père de deux enfants indépendants se retrouve un dimanche en proie à une douleur aigüe et inexplicable dans le dos. Tant et si bien qu'il doit quitter la table alors qu'il recevait son meilleur ami et sa femme. Ce comportement étonne ses proches. Très angoissé par la douleur et ce qu'elle cache, malgré un rendez-vous professionnel important, il décide d'aller passer une radio. Loin d'être rassuré après ce premier examen, une IRM prescrite pour pousser le diagnostic fait changer cet architecte d'humeur.

Entre temps, Gaillard, son collègue et ennemi a mis à exécution son plan pour le faire tomber. Notre héros perd la face devant de gros clients et son PDG. Mis au placard plus vite qu'il ne l'aurait jamais pensé, la souffrance qu'il éprouve est loin de diminuer. Elle le fait même parfois relativiser sur ses problèmes professionnels ou personnels,tellement elle est au centre de ses préoccupations. Pourtant, ni sa femme, ni ses enfants, encore moins ses parents ne savent le parcours qui est le sien pour trouver le traitement qui le ramènera dans le pays des non souffreteux. Il ne s'imagine pas combien le chemin va être tortueux et les embuches nombreuses.

Je ne sais pas vous, mais personnellement, j'avais compris d'où venait le problème, les grands thèmes disons et vers quelles solutions, notre ami allait se diriger. Je ne me suis pas trompée de beaucoup. Je n'enlèverai jamais à David Foenkinos cette plume qui virevolte avec parfois beaucoup de poésie et toujours beaucoup de tendresse. On sent qu'il aime ses personnages, nous les livre bruts pour partager un petit moment de leur vie et cette alchimie fonctionne toujours. Sans tomber ni dans l'humour, ni dans le pathos (le second aurait été insupportable), les acteurs de cette fable sont agréables à suivre.

Mais voilà...si j'ai bien compris le message porté par Charlotte, Nos séparations, La délicatesse...je trouve que celui-ci est faiblard. Le corps qui somatise est un très bon démarrage mais je n'ai pas vraiment trouvé que la façon de dénouer l'imbroglio de cette vie était bien édifiante. Plaisante, sympathique, avec une sémantique qui réchauffe mais pas plus. Je ne regrette pas ma lecture mais je ne sais pas si je la conseille...

A vous de juger !

Publié dans Contemporain

Commenter cet article

Conteusedechronique 29/04/2015 12:10

Super belle chronique j'ai beaucoup aimer la lire !

B. 29/04/2015 18:06

Han merci beaucoup ma petite conteuse :p